top of page
dernières nouvelles ombre.png

Février 2024
Dans le cadre de ses prérogatives en tant qu’ONG accréditée auprès des Nations-Unies, la WIZO organise, avec le soutien de la Mission permanente d’Israël à l’ONU, un “side event“, un “événement parallèle“ au Conseil des Droits de l'Homme, auquel elle est heureuse de vous convier.

La conférence qui aura lieu au Palais des Nations, à Genève, la semaine prochaine, jeudi 29 février, de 17:00 à 18:00 a pour titre :
SURVIVRE À LA CAPTIVITÉ ENTRE LES MAINS DU HAMAS“.
À cette occasion, deux femmes, otages du Hamas pendant 51 et 54 jours répondront aux questions de la journaliste Antonia Yamin.

 

Invitation_HRC55_ReturnedHostages_29Feb2024.jpg

Aviva Siegel

Après avoir passé 51 jours en captivité entre les mains du Hamas, Aviva Siegel fait inlassablement campagne pour les otages encore à Gaza.

Âgée de 62 ans et enlevée par des terroristes du Hamas en même temps que son mari Keith, à leur domicile du kibboutz Kfar Aza, le 7 octobre dernier, elle évoque les violences sexuelles subies par les femmes otages, pour lesquelles elle a pris fait et cause depuis sa libération à la faveur du cessez-le-feu de novembre.

Se rappelant le silence de sa grand-mère à propos de ce qu’elle avait vécu durant la Shoah, Siegel explique son choix de ne pas se taire sur ce qu’a été son calvaire. « Les gens doivent savoir ».

Lorsqu’on lui a demandé si elle se considérait comme une survivante de la Shoah, Siegel a simplement répondu : « J’ai survécu. »

« J’ai le sentiment que le monde n’a rien dit et qu’en permettant qu’une telle chose se produise, personne n’a retenu la leçon d’histoire de la Shoah. »

Raz Ben-Ami

Raz Ben-Ami a été libérée le 29 novembre dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu temporaire négocié par le Qatar et les États-Unis entre le Hamas et Israël.
Ohad et Raz Ben-Ami, 57 et 55 ans, ont été pris en otages par le Hamas chez eux, au kibboutz Beeri, le 7 octobre dernier, lorsque le groupe terroriste a atrocement massacré et kidnappé les habitants.

L’une de leurs trois filles, Ella, qui se trouvait également à Beeri, a survécu. Les deux autres ne se trouvaient pas dans la communauté au moment du pain de sang.

Antonia Yamin 

Antonia Yamin est germano-israélienne. 

Elle vit à Berlin et est depuis mai 2022, journaliste en chef de Bild TV et responsable du programme d'actualité de Bild Live. Elle fait également partie du prix Shimon Perez de la Fondation Deutsch-Israelisches Zukunftsforum.


bottom of page